La diversification alimentaire du bébé : petit guide pour les parents

La diversification alimentaire comprend le passage d’une nourriture exclusivement lactée du bébé à une nourriture variée. Elle va entraîner de multiples changements pour votre bébé qui grandit.

Pour vous aider à débuter ce changement fulgurant d’alimentation, voici plusieurs repères pour débuter la diversification alimentaire de votre bébé:

Quand débuter la diversification alimentaire ?

Quel casse-tête, votre pédiatre, votre entourage, maman, belle-maman, amie, ne vous donnent pas les mêmes réponses.

 Pourtant, les études scientifiques sont unanimes et mettent en évidence le rapport entre l’âge de début d’introduction des aliments et l’augmentation du risque des allergies alimentaires.

Les données scientifiques récentes attestent des bénéfices à un début de diversification entre 4 et 6 mois.

De nombreuses maturations s’effectuent avant que le système digestif de votre bébé ne soit apte à absorber les aliment “solides”. Il n’est donc pas recommandé de commencer la diversification avant les 4 mois révolus.

Peut-être qu’à 4 mois révolus votre bébé ne sera pas prêt. Faites confiance à votre bébé qui de façon innée connait le moment le plus propice pour que son organisme tire les meilleurs bénéfices à consommer une alimentation “solide”.

un bébé qui mange, les premières étapes de la diversification alimentaire

Un seul changement d’aliment à la fois

Aux débuts de l’alimentation diversifiée, votre bébé réalise des pas de géants.

La diversification alimentaire va lui faire réaliser une multitude de découvertes. Afin d’aider votre bébé à intégrer les bouleversements, il semble judicieux de n’introduire qu’un nouveau changement à la fois et d’attendre que celui-ci soit assimilé avant de passer à une autre étape.

Il s’agira donc d’introduire :

  • Soit un nouveau moyen de donner l’aliment, en l’occurrence le biberon ou la cuillère ou laisser faire avec ses petits doigts ;
  • Soit un nouvel aliment. Pour les aliments allergènes, il faut attendre 3 jours avant d’en introduire un autre (œufs, poissons, crustacés, céleri, certains fruits exotiques, fruits à coque). Pour tous les autres aliments il n’y a pas vraiment de règles à respecter.

Prendre son temps, au rythme du bébé

Nouveaux aliments, nouveaux outils (biberons, culières, …), nouvelle texture, …

Manger à la cuillère pour bébé, intégrer tous ces changements prend plus ou moins du temps selon le caractère de bébé. Le principal est de respecter l’enfant dans ce qu’il est et dans sa façon de réagir aux changements.

Chaque enfant est différent, les indications d’âge ne sont qu’indicatives. La mention « à partir de … », signifie qu’avant cet âge, il est néfaste ou non adapté de fournir cet aliment au bébé. Mais l’introduction de tel ou tel aliment ou texture n’est absolument pas requise à un âge fixe.

La diversification se fera donc au rythme de chacun

Sans qu’aucune pression n’existe ; puisque les besoins alimentaires de l’enfant sont atteints grâce au lait infantile ou maternelle qui reste l’aliment principal longtemps et qui complétera toujours la ration quotidienne.

 Il sera utile, d’aborder tétine et cuillère avec les enfants qui ne sont pas familiarisés avec ces ustensiles avant de commencer légumes et autres saveurs nouvelles.

Le premier mois de diversification laisse l’embarras du choix, puisque de nombreux aliments peuvent être introduits. Il convient de ne pas aller trop vite. Pour les aliments à forts potentiels allergéniques, intégrez un seul changement et cela au moins durant 3 jours consécutifs avant d’introduire un nouvel élément.

Bébé vous fera savoir quand il sera prêt

Les études scientifiques nous prouvent qu’il faut commencer la diversification entre 4 mois révolus et 6 mois. Mais quand commencer exactement à 4 mois, 5 mois, 6 mois ?

Si votre bébé porte de l’intérêt aux aliments lors de vos repas, il accompagne du regard les aliments de votre assiette à votre bouche … Votre bébé est prêt à débuter une alimentation diversifiée. 

Si votre bébé est capable de prendre un objet et de le porter à sa bouche, et se tient assis : nul doute, il va se régaler.

Si votre bébé ne s’intéresse pas à une manière différente de se nourrir, il est préférable d’attendre. S’il n’est pas prêt à 4 mois, il le sera peut-être à 5 ou 6 mois.

Si le fait d’attendre génère de l’angoisse, vous pouvez débuter la diversification alimentaire.

La diversification est certes une marche en avant. Mais en cas de refus de votre bébé, vous pouvez ajourner la diversification et revenir à une alimentation uniquement lactée. Vous reprendrez un nouveau départ une semaine plus tard.

Voyez toutes les prouesses que votre bébé réalise chaque jour, en 7 jours, votre bébé fait nombre d’acquisitions. Il pourra envisager la diversification tout autrement avec un délai supplémentaire.

La diversification alimentaire, quelles quantités ?

L’alimentation qu’elle soit uniquement lactée ou diversifiée, est souvent au cœur de la relation parents-bébés, et source d’angoisse quant aux quantités.

Les bébés mangent en fonction de leurs besoins contrairement aux adultes.

Il ne faut donc jamais forcer bébé à manger plus qu’il ne réclame et, restreindre celui qui réclame davantage. Il ne faut donc pas se fier aux quantités stipulées ici ou là, mais faire confiance à votre bébé qui sait de façon innée ce dont il a besoin.

Les parents d’enfant réclamant des doses non- « standard » en plus grande ou moins grande quantité- que les recommandations, seront, certainement plus inquiets. Mais votre bébé est unique.

  • Avec une courbe de croissance harmonieuse,
  • Vous fournissez à votre bébé des aliments de qualité,
  • Vous laissez votre bébé choisir la quantité d’aliments dont il a besoin.

Du moment que votre enfant a une courbe de croissance (courbe d’IMC dans le carnet de santé) dans les normes et harmonieuse, laissez-le faire. Laissez-le faire en toute conscience, sans aucun stress : « manges mon enfant la quantité qu’il te plaira. Je te fais confiance. Indique-moi si tu souhaites continuer à manger ou non ».

Le début de la diversification

Les premiers jours de diversification alimentaire demandent une attention particulière. Le système digestif de bébé, même en étant prêt à besoin de quelques jours de rodage.

De nombreux bébés connaissent une constipation transitore au début de la diversification alimentaire.

Pour éviter la constipation de début de diversification qui est très fréquente, il est souhaitable d’attendre au moins deux semaines ou au minimum 7 selles avant d’augmenter les doses afin que le système digestif de votre bébé s’adapte.

Ainsi les premiers jours vous ne donnez que quelques cuillères de légumes.

Lorsqu’il n’y a pas d’inconfort digestif, pas de constipation vous pourrez laisser votre bébé vous dicter les quantités qu’il souhaite et introduire d’autres catégories d’aliments progressivement.

Conseils sur l’introduction des légumes

Quelques légumes (courges, pommes de terre, butternut, patates douces,choux vert)

La majorité des légumes peuvent être donnés aux nourrissons mais pour débuter évitez les légumes au goût trop prononcé tel que les choux, le poireau, oignon…Le céleri est réputé allergène, évitez-le jusqu’à un anPréférez les légumes jeunes, évitez les légumes trop riches en fibres (salsifis, poivrons, vert de poireaux, petit pois) qui pourraient être responsables de ballonnements et de douleurs abdominales.

Pour commencer essayez les haricots verts, la courgette sans peau ni pépin, les carottes, les épinards…

Pour débuter vous pouvez le lui donner au biberon ou à la petite cuillère en complément du biberon.

Si vous choisissez « la méthode biberon », là encore 2 options :

  • 1ière option : Faites une soupe de légumes, sans la mouliner. Prélever 210g de bouillon pour reconstituer le biberon de lait avec 7 mesures de lait
  • 2ième option : introduisez directement une cuillère de purée de légumes (maison, petit pot ou surgelé) dans le biberon de lait. Pensez à utiliser une tétine suffisamment élargie pour laisser passer le lait épaissi.

Au fur et à mesure vous augmenterez la quantité de légumes et diminuez la quantité de lait. Au bout de 2 semaines vous pourrez proposer à votre bébé un biberon de soupe épaisse de légumes confectionné à partir de 150ml d’eau pour 5 mesures de lait et 130g de légumes.

Conseils sur l’introduction des fruits

Quelques légumes : pommes, poires, oranges, raisins, fraises, oranges

Il y a, dans la majorité des cas, très peu de problème avec les fruits. Leur saveur sucrée est facilement acceptée par les enfants et après la première grimace de découverte, en général, ils y reviennent goulument … Les fruits sont tellement bien acceptés qu’ils représentent parfois la transition idéale pour le passage à la petite cuillère. Si votre enfant refuse les légumes dans le biberon, essayez la compote de fruits à la cuillère dans un premier temps. Une fois que votre enfant aura accepté la cuillère, il sera plus facile de revenir aux légumes en purée.

Personnellement je n’ai jamais réussi à faire passer les soupes de légumes à travers la tétine du biberon, un vrai casse-tête ! Et la soupe à la cuillère, une expérience relativement délicate…Nous avons donc opté pour la compote de fruits puis la purée de légumes à la cuillère sans aucun problème.

Débutez avec des fruits cuits, en compote maison sans ajouter de sucre ou un petit pot. Puis assez vite vous pourrez proposer des fruits crus mixés puis des fruits crus ou cuit écrasés toujours sans sucre.

Pour la première fois essayez la poire, la pomme, la pêche ou l’abricot…

Soyez prudent avec les fruits exotiques potentiellement allergènes. S’il y a peu de problème avec la banane, évitez le kiwi, la mangue, la papaye, le fruit de la passion jusqu’au un an de votre enfant.

Combien de repas par jour ?

En passant d’une alimentation lactée à une alimentation diversifiée, le nombre de repas ne change pas.

Vous conservez le même nombre de repas qu’au préalable.

Vous choisissez la meilleure répartition selon votre bébé et vos contraintes.

Si vous êtes plus disponible à midi, vous débutez sur ce repas. Mais nul besoin de vous mettre la pression, si vous êtes davantage disponible sur un autre moment de la journée, vous pouvez débuter les repas diversifiés de bébé sur une autre prise alimentaire.

Entre 4 et 6 mois, il est fréquent de faire encore de nombreux repas. Au fur et à mesure que les repas vont être plus conséquents, votre bébé va diminuer le nombre de prise. Il conviendra de tendre vers 4 repas par jour : petit-déjeuner, repas de midi, collation de 16 heures et dîner vers l’âge de 1 an.

Votre bébé, avec ses papilles toutes neuves, peut percevoir une variété extraordinaire de goûts et sensations.

Pour ne pas entraver, les découvertes gustatives de bébé, sel, sucre, … sont à bannir la 1ère année.

Il fleurit actuellement une multitude de livres de recettes pour bébé. Une pointe de cumin par ci, ect … Quel dommage !!! les papilles de votre tout petit savent faire la différence entre deux variétés de courgettes.

Pour conserver cet atout majeur, faites au plus simple :

  • Choisissez des aliments de qualité,
  • Cuisinez-les au plus près de leur état de fraicheur,
  • Et constatez que votre bébé se régale.

Donner l’exemple

Un enfant grandit en imitant ses parents. Puis années après années, il rejette tout cela pour avoir la force de devenir autonome dans ce monde d’adulte qu’il ne connaît pas.

Il est reconnu que même si l’enfant s’oppose aux directives de ses parents, il appliquera adulte, dans une certaine mesure, ce qu’il a vu faire par ses parents lorsqu’il était enfant : Pas ce qu’on lui a dit de faire mais bien le comportement de ses parents.

Demander à votre enfant de 3 ans de prendre un petit déjeuner si ni papa ni maman ne prend de petit-déjeuner est une aberration. Peut-être le prendra-t-il docilement à 3 ans mais assurément pas à l’adolescence et à l’âge adulte.

Eduquer votre enfant à l’équilibre alimentaire, c’est en premier lieu avoir une alimentation équilibrée et réfléchie soit même. L’équilibre alimentaire n’a rien de compliqué ou de contraignant. De plus une alimentation saine n’est pas antagoniste avec le plaisir de manger. Modifier son alimentation, demande de la réflexion et du temps mais bébé n’est pas pressé et vous accompagne dans vos nouveaux objectifs.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin en vidéo



Leave a Reply

Your email address will not be published.

*
*
*