Qu’est-ce que la dyslexie ?

La dyslexie est avant tout un handicap, et non une maladie. C’est un trouble de l’oreille interne affecte plus de 15 domaines majeurs de fonctionnement et englobe plus de 100 symptômes correspondants.

Les principaux domaines de la vie d’un enfant dys affectés sont :

  • Craintes et phobies
  • Direction d’écriture
  • Estime de soi
  • Orthographe
  • Temps et humeur variable, tendance à la dépression
  • Mathématiques
  • Socialisation
  • Mémoire
  • Coordination
  • Emotions
  • Expression
  • Grammaire
  • Pensée psychosomatique
  • Cognition

Il existe plus de 100 symptômes de la dyslexie

La dyslexie n’est pas seulement un grave trouble de la lecture. Et elle n’est pas due à des lésions cérébrales, un mythe auquel la plupart des gens ont cru pendant le siècle dernier et contre lequel de nombreux organismes tentant d’aider les enfants dys luttent. Parmis eux, citons FranceDyslexia, Dyspositif et la fédération française des enfants dys. En effet, la dyslexie a été découverte par le Dr Levinson comme un syndrome de multiples symptômes variés de lecture et de non-lecture affectant plus de 40 millions d’enfants et d’adultes rien que dans son pays d’origine (les USA). En France, on estime que 3 à 7 % de la population serait dyslexique !

Un problème d’oreille interne ?

Depuis le début des années 1970, les recherches révolutionnaires du Dr Harold Levinson continuent de démontrer que les symptômes de la dyslexie et des troubles d’apprentissage (TA), du déficit d’attention et des troubles phobiques connexes sont dus à une simple perturbation du brouillage des signaux d’origine intra-auriculaire, autrement dit l’oreille interne.

En d’autres termes, l’oreille interne et son super-ordinateur, le cervelet, agissent comme un “réglage fin” pour tous les signaux moteurs (équilibre/coordination et rythmiques) qui quittent le cerveau et tous les signaux sensoriels et cognitifs connexes qui y entrent. En conséquence, les cerveaux normaux auront du mal à traiter les signaux brouillés ou déformés reçus. Et les symptômes finaux dépendront de :

  • du dysfonctionnement spécifique de l’oreille interne (CV) et du schéma des signaux brouillés,
  • du degré d’embrouillage du signal,
  • de l’emplacement et le fonctionnement des différents centres cérébraux normaux qui reçoivent et doivent traiter ces signaux brouillés,
  • de la capacité de compensation du cerveau pour le désembrouillage et la reprogrammation.

Un dysfonctionnement de l’oreille interne, qui entraîne un brouillage des signaux, se traduit souvent par un large éventail de symptômes se manifestant dans la vie quotidienne des dys, impliquant plus de 15 grands domaines de fonctionnement. Il s’agit notamment de difficultés de lecture, d’écriture, d’orthographe, de mathématiques et de mémoire.

Les enfants dys ont-ils un meilleur QI ?

Plus important encore, il a été démontré que le cerveau ou le cortex cérébral de la pensée joue un rôle compensatoire essentiel de désembrouillage ou de reprogrammation dans la dyslexie – ce qui explique le pronostic favorable et le QI de la dyslexie par rapport à celui de l’alexie.

Le Dr Levinson a ensuite été amené à découvrir que des combinaisons simples, sûres et sans effets secondaires de médicaments et de nutriments améliorant l’oreille interne peuvent améliorer ou “guérir” rapidement et souvent de façon spectaculaire les divers symptômes de la dyslexie chez 75 à 85 % des enfants, des adultes et même des personnes âgées traités.

Il a également été constaté que toute altération des fonctions de l’oreille interne et du cervelet peut provoquer, déclencher ou intensifier les symptômes dyslexiques. Même une dyslexie transitoire peut entraîner des individus normaux lorsqu’ils sont en rotation ; et les astronautes en apesanteur peuvent devenir “dyslexiques”.

Lorsque cette observation fascinante a été rapportée pour la première fois par des scientifiques français au cours d’une mission conjointe avec les Russes, le Dr Levinson a qualifié le trouble d’inversion de l’astronaute de “dyslexie spatiale”.

Ces observations, comme beaucoup d’autres, ont été tirées de l’examen de milliers de dyslexiques effectué par le Dr Levinson, et ont permis une compréhension entièrement nouvelle et en 4-D de ce trouble jusqu’alors mal compris. Et sa découverte de méthodes de dépistage, de diagnostic, de thérapies médicales et non médicales et de prévention à orientation médicale permettra à tous les dyslexiques de réaliser des rêves et des ambitions jamais considérés comme possibles auparavant.

En revanche, les théoriciens des lésions cérébrales croient à tort que les centres de traitement et/ou les cellules vitales disséminées dans le cerveau des dyslexiques sont gravement endommagés. Ainsi, les signaux normalement reçus ne peuvent pas être correctement interprétés.

Si cette théorie des lésions cérébrales était vraie, le QI des dyslexiques serait gravement altéré et leur pronostic ou leurs résultats resteraient sans espoir – malgré tous les efforts et les thérapies. Malheureusement, les anomalies structurelles et/ou cellulaires primaires du cerveau de pensée ne peuvent pas être compensées de manière significative.

Et comme on pouvait s’y attendre, malgré l’intensification des efforts de recherche de scientifiques doués, cette théorie centenaire erronée des lésions cérébrales n’a conduit absolument nulle part scientifiquement en ce qui concerne les moyens médicaux d’expliquer, de diagnostiquer, de traiter et de prévenir le syndrome dyslexique.

Mais, et donc, qu’est-ce que la dyslexie ?

Selon les travaux de recherche du Dr Levinson, qui ont duré près de 50 ans, la dyslexie n’est pas seulement un grave trouble de la lecture caractérisé par des inversions des lettres lors de la lecture telles qu’elles est actuellement définie. Elle n’est pas non plus due à des lésions cérébrales ou à des formations cellulaires anormales dispersées dans les centres de traitement vitaux du cerveau ou du cortex cérébral de la pensée. Et elle n’est pas due à un processeur de lecture altéré dans la zone du langage du cerveau qui ne comprend pas les signaux normaux et clairs supposés reçus en matière de lecture. Elle n’est pas non plus due à une alexie acquise chez l’adulte, ce que de nombreux experts croient encore.

En d’autres termes, si la dyslexie était similaire à l’alexie, une grave déficience de la compréhension de la lecture dont il est prouvé qu’elle est due à un traitement supérieur du cerveau, le QI et le pronostic des dyslexiques seraient très limités et faibles comme chez les alexiques.

En fait, alors que les alexics présentent des signes neurologiques localisés d’une déficience du cerveau ou du cortex cérébral, limitant leur QI, leur créativité et leur capacité de raisonnement, c’est le contraire qui se produit chez les dyslexiques.

Le QI des dyslexiques peut être supérieur et beaucoup, comme vous le lirez bientôt, sont très doués, créatifs – et même devenus célèbres. Et à ce jour, tous les experts ont complètement échoué à trouver des signes neurologiques précis d’un déficit cérébral de la pensée dans la dyslexie similaire à celui de l’alexie, malgré un siècle d’efforts. Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter le site de FranceDyslexia, un organisme lyonnais intervenant dans toute la France.



Leave a Reply

Your email address will not be published.

*
*
*